« L’amour vise l’énigme de l’Autre »

La sagesse de l’amour, Alain Finkielkraut

Les philosophes et les écrivains parlent d’amour. Ils tentent même de le décrypter. Qu’est-ce qui fait qu’on aime ? Est-ce que cela vient de moi ou de l’autre ? Qu’est-ce qui en l’autre attire l’amour ? Base de réflexion pour vos vœux ou pour une lecture de cérémonie, à vous de choisir comment utiliser cet extrait de La sagesse de l’amour de Finkielkraut autour de l’énigme de l’Autre !

l'énigme de l'autre

 » Je t’aime. Toi ? Tes mérites ? L’éclat de ton sourire ? La grâce de ta silhouette ? Ta fragilité ? Ton caractère ? Tes hauts faits ou le seul fait, miraculeux, de ton existence ? « On n’aime jamais les personnes, mais seulement les qualités, affirme Pascal. Celui qui aime quelqu’un à cause de sa beauté l’aime-t-il ? Non, car la petite vérole qui tuera la beauté sans tuer la personne fera qu’il ne l’aimera plus ». Selon Hegel, au contraire, aimer c’est attribuer une valeur positive à l’être même de celui qu’on aime indépendamment de ses actes ou de ses propriétés singulières et périssables. Proust apporte une contribution inédite à ce vénérable débat, en donnant tort à tout le monde. L’amour ne s’adresse ni à la personne ni à la particularité, il vise l’énigme de l’Autre, sa distance, son incognito, cette façon qu’il a de ne jamais être de plain-pied avec moi, même dans nos moments les plus intimes. »

La sagesse de l’amour, Alain Finkielkraut

Amour et voyage

Idée de lecture pour une cérémonie laïque

Cette année, je marie des amoureux voyageurs. Ils ont visité de nombreux pays du monde seuls ou à deux et ils tiennent à ce que leur mariage soit placé sous le signe de leur passion commune. Ils m’ont donc demandé de leur proposer un catalogue de textes faisant la part belle aux voyages et aux jolies métaphores qui y sont liées. Comme je suis d’âme généreuse, je partage avec vous un extrait de mes recherches sur les liens entre amour et voyage.

Voilà donc une nouvelle idée de lecture qui nous permet de constater, une fois de plus, que les Chédid cultivent le gène du talent !

amour et voyage

 

Aucune marche
Aucune navigation
N’égalent celles de la vie
S’actionnant dans tes vaisseaux
Se centrant dans l’îlot du cœur
Se déplaçant d’âge en âge

Aucune exploration
Aucune géologie
Ne se comparent aux circuits du sang
Aux alluvions du corps
Aux éruptions de l’âme

Aucune ascension
Aucun sommet
Ne dominent l’instant
Où s’octroyant forme
La vie te prêta vie
Les versants du monde
Et les ressources du jour

Aucun pays
Aucun périple
Ne rivalisent avec ce bref parcours :
Voyage très singulier
De la vie
Devenue Toi

 

Andrée CHÉDID, La vie voyage, Épreuves du vivant

Le texte qui marche à tous les coups !

La lettre aux aventuriers de la vie de Brel

Texte cérémonie laïqueDéjà parce que c’est Jacques Brel, ensuite parce que c’est Jacques Brel et enfin parce qu’il a su mettre en quelques lignes les plus beaux vœux que l’on puisse présenter à quelqu’un en général et à un couple qui s’unit en particulier !

Avec ses « Souhaits aux aventuriers de la vie », il réussit à faire frissonner tous les publics, de votre grand-mère tradi à votre cousin ado qui disserte pendant des heures sur le sens de la vie.

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences, Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque, Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

Et vous, ça vous plaît ? Quel est le texte qui vous renverse à chaque fois ?

Amour et nourriture

Aujourd’hui, la revue de littérature se penche sur « deux passions dévorantes », l’amour et la nourriture ! Pendant mes balades à la bibliothèque, le livre de Willy Pasini m’a sauté aux yeux. Et je n’ai pas été déçue !

Nourriture et amour

L’étude date un peu (1994) mais les thèmes sont universels. Je me suis surtout penchée sur la première partie qui aborde justement les liens récurrents entre amour et nourriture dans la culture et la vie des hommes depuis la nuit des temps.

Au moins deux points communs lient la nourriture et l’amour :

  • Tous deux s’inscrivent dans un ensemble de règles sociales, on apprend l’art d’aimer et on apprend celui de manger. D’ailleurs, le premier espace d’apprentissage de ces deux notions est la famille. On fête les anniversaires avec des gâteaux, on fait des bons repas pour fêter une bonne nouvelle ou pour consoler d’une mauvaise.
  • L’amour et la nourriture ont été aussi bien glorifiés que réprimés. Souvent l’oppression de l’un des concepts coïncidaient avec celle de l’autre. Qu’on pense à la gourmandise posée comme un péché capital autant que la luxure dans le christianisme ou à la pensée grecque qui associait la gourmandise à la volupté de l’amour, la satisfaction de ces deux penchants bloquant l’atteinte de la vertu suprême.

Et pour Pasini, le point commun le plus structurant est qu’on attend de ces deux choses bien plus que la satisfaction d’un besoin primaire. Nourriture et amour nous aident « à transmettre nos sentiments, les bons comme les mauvais ». Il fait ainsi un parallèle entre les repas et la sexualité de ceux qui s’aiment en opposition aux repas et à la sexualité de ceux qui ne s’aiment pas. Que ce soit dans la nourriture comme dans la sexualité, quand on aime on se donne « le plaisir de faire plaisir, (cet) aphrodisiaque inconnu » de ceux qui ne s’engagent pas dans l’amour. Au contraire, quand on ne s’aime pas, la nourriture et la sexualité peuvent être des moyens de punir l’autre, en ne donnant rien ou en donnant mal.

Les liens entre nourriture et amour se retrouvent aussi beaucoup dans le vocabulaire. On part en lune de miel, on caresse une peau de pêche, on a des joues à croquer, on se dévore du regard’. D’ailleurs, quelqu’un de gourmand séduit plus qu’un autre. C’est une des conclusions de l’étude présentée dans la deuxième partie du livre. Pasini écrit ainsi : « la bonne chère attire encore beaucoup de gens, sans doute tous ceux qui n’ont pas perdu le goût de prendre le temps de faire la cour : les gourmets de la vie le sont autant devant une nappe que sous les draps. Pour eux l’érotisme est à la sexualité ce que la gastronomie est à la cuisine ».

Willy Pasini, Nourriture et amour, deux passions dévorantes, Petite bibliothèque Payot, 1994

Origines de l’amour : le mythe des androgynes

Je voudrais vous parler d’un de mes mythes préférés sur l’origine de l’amour. Je le lis, le relis, j’en parle, je le recommande aux amoureux et à celles et ceux qui ont envie de philosophie.

Ce mythe est tiré du Banquet de Platon, texte qui regorge d’autres odes à l’amour et à ses origines. Mais ici, je fais une halte sur le mythe des androgynes. Pour vous situer rapidement le contexte, Le banquet retrace les échanges partagés lors d’une soirée réunissant plusieurs hommes : médecin, poète, aspirant politique, philosophe, etc. Tous, fatigués de leur soirée de la veille, décident de pas s’enivrer ce soir-là mais de prononcer chacun leur tour un discours portant sur l’amour.

C’est Aristophane, le poète, qui raconte le mythe des androgynes. A l’origine, selon lui, les humains ne ressemblaient pas à ceux que nous connaissons aujourd’hui. Ils avaient l’apparence d’une boule et possédaient quatre jambes, quatre bras, deux têtes, etc. Pour se déplacer ils avançaient de concert, ou alors faisaient comme une roue devenant ainsi très rapides. Chaque individu était composé de deux éléments, tous deux masculins, féminins, ou d’un élément masculin et d’un élément féminin. Ce sont ces derniers qu’on appelait les androgynes.

La constitution des êtres humains leur conférait une vigueur et une force incroyables. Très orgueilleux, ils défièrent les dieux et tentèrent d’accéder à l’Olympe. Les dieux étaient très en colère mais ils ne voulurent pas exterminer les hommes : cela aurait été se priver des honneurs et des dons offerts dans le cadre du culte. Les dieux décidèrent donc d’affaiblir les hommes en les coupant en deux, par le milieu. C’est depuis cette punition que nous avons l’apparence que nous connaissons tous. La coupure imposée par les dieux provoqua de grandes douleurs et, «chaque morceau (de l’être humain), regrettant sa moitié tentait de s’unir à elle. Et, passant, leurs bras autour de l’autre, ils s’enlaçaient mutuellement, parce qu’ils désiraient se confondre en un même être».

Lire la suite Origines de l’amour : le mythe des androgynes