Préparer une cérémonie laïque : pourquoi on se marie ?

Pourquoi vous mariez-vous ?

C’est une des premières questions que je pose aux couples que je rencontre pour préparer leur cérémonie laïque. Question bête ? Pas sûr ! Enfin j’espère !

La question à 1 000€

pour une cérémonie première questionPour moi derrière cette question simple s’en cachent plein d’autres.  Mais je préfère rester vague dans l’interrogation car les réponses que les personnes m’apportent m’éclairent sur leurs parce que profonds.

Il y a des réponses liées au temps qui passe, des réponses liées au caractère légal du mariage, au fait de porter le même nom ou de se protéger mutuellement, des réponses ultra-romantiques, des réponses qui méritent d’être approfondies, tellement de réponses !

C’est une des premières choses personnelles que les couples me confient et c’est à partir de ça que je commence à modeler la cérémonie laïque. J’aime beaucoup poser cette question car régulièrement elle déstabilise un peu mes interlocuteurs : on a peu l’habitude d’interroger les évidences, pourtant je trouve ça toujours très intéressant !

Faut-il demander pourquoi on se marie ?

Mais dernièrement, j’ai eu un doute. Je lisais L’alternative de Kierkegaard où le narrateur Wilhelm écrit une longue lettre à un de ces amis. Il évoque à un moment un des jeux préférés de ce fameux ami : demander aux gens pourquoi ils se sont mariés et les pousser à donner de ‘mauvaises’ raisons, par exemple pour ne pas être seul, pour avoir une descendance, voire… pour se forger le caractère ! Si Wilhelm est d’accord avec son ami pour se moquer de ceux qui expliquent leur mariage avec de si mauvais arguments c’est pour lui, surtout parce « que le mariage (…) ne saurait avoir de ‘pourquoi’ d’ordre fini ».

Et là, je me suis dit mince… Certes, je peux tout à fait agir sans avoir l’accord de Wilhelm/Kierkegaard, mais j’ai eu un doute sur ma démarche. Est-ce que j’étais dans le faux en posant cette question ? Est-ce qu’à demander les raisons du mariage, je laissais entendre qu’il y aurait de bonnes et de mauvaises raisons. Est-ce que demander pourquoi c’est dénaturer un peu l’engagement que les couples prennent ?

Et en vrai, je ne pense pas.

De quel Pourquoi on parle ?

Le reproche que fait Wilhelm/Kierkegaard aux ‘mauvaises’ raisons de se marier est lié au fait que ces raisons se limitent à un moment de l’union. Par exemple la solitude est certes contrée par la naissance d’enfants, mais ceux-ci quitteront un jour le foyer. Pour Wilhelm, il faut dépasser l’immédiateté et l’extériorité pour se concentrer sur l’union en elle-même. Eh bien, c’est ça que je cherche avec ma question rituelle. Je veux connaître les raisons intérieures à l’union et à la manière dont chaque membre du couple s’y retrouve. Je veux comprendre pourquoi c’est maintenant, avec cette personne, dans cette ville, dans cette famille. Je veux simplement comprendre et faire comprendre en quoi ce choix est une évidence, mais n’en reste pas moins un choix.

Car «le mariage recèle une multitude de pourquoi que la vie révèle dans toute sa bénédiction» et cette multitude de pourquoi vient simplement confirmer l’union et le choix de se marier.

PS : pour en savoir plus sur L’alternative, allez donc voir ma revue de littérature sur le sujet !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *