Le mariage trilingue d’Emilie et Neil : la préparation

Les coulisses de la préparation de la cérémonie laïque d’Emilie et Neil !

Notre rencontre

J’ai rencontré Emilie à l’occasion d’un mariage l’aCérémonie laïque E&Nnnée dernière. Comme elle faisait un discours, nous avons échangé par mail, par texto, etc. J’ai été très vite séduite par cette fille belle, intelligente, drôle, gentille, bref le coup de cœur ! Neil, lui, je l’ai rencontré le jour du mariage et je me suis dit que ce couple était vraiment super ! Ils dégagent une aura particulière et en plus ils vivent à Bruxelles, ville que j’aime particulièrement.

Quelques mois plus tard, en visite à Bruxelles justement, j’ai croisé Émilie autour d’un verre et elle m’a annoncé radieuse que Neil l’avait demandée en mariage ! On a donc évidemment papoté mariage, et de tant d’autres choses. C’est début 2016 que j’ai reçu un mail où les futurs mariés m’annonçaient qu’ils avaient choisi de faire une cérémonie laïque et qu’ils souhaitaient la préparer avec moi. Je n’étais pas peu fière, mes premiers clients Pour une cérémonie avaient assisté à mes premiers pas d’officiante et me confiaient l’honneur de les marier, en trois langues en plus. Et oui Neil est anglais, et Emilie franco-allemande (son papa est français et sa maman allemande). Gros challenge, mais challenge accepté avec bonheur !

Préparation de la cérémonie laïque

mariage trilingue pour une cérémonieNotre premier rendez-vous a eu lieu début mars sur Skype et le sujet principal a été la question des langues. Dès le départ Emilie et Neil ont souhaité lier les trois langues dans la cérémonie. Pour eux, il était plus qu’important que personne ne se sente exclu du déroulé de la cérémonie. Je vous en avais un peu parlé déjà et je vous en reparlerai en prenant le temps de détailler chacune des solutions de traduction qu’on a trouvées.

On a envisagé une multitude de possibilités : du powerpoint utilisé comme sous-titrage, à la traduction en direct et en simultané ou aux pancartes résumant les propos. Au final, on a listé toutes les idées, les mariés ont identifié une «team traduction» parmi leurs proches et on a pioché parmi les idées et les amis par la suite.

Des idées et des idées pour la cérémonie

Une fois ces questions abordées on a continué à faire mieux connaissance, à cadrer leurs envies et à échanger nos idées, chacun rebondissant sur celles des autres. C’est bien souvent dans le courant de la discussion ou au moment du compte rendu de nos rendez-vous que certaines idées devenaient des évidences ou au contraire étaient naturellement écartées. On a même des blagues qui sont devenues des idées !

mariage trilingue pour une cérémonie

Dès le départ, le mot d’ordre a été : « pas de frein aux envies », d’abord on identifie tout ce qui fait envie et toutes les personnes qu’on aimerait voir parler. On creuse, et ensuite, seulement, on trie, quitte à devoir couper. C’est ainsi que la première liste d’intervenants comprenait 20 noms (team traduction comprise) auxquels se rajoutait la chorale !

Et pourtant on a réussi à faire tenir en 1h15 une cérémonie en 3 langues avec 6 interventions, 10 intervenants, 6 chansons et évidemment les vœux, les engagements des mariés et le rituel. On ne s’est pas limité et on a trouvé des astuces. Par exemple, on a fusionné deux interventions et décidé de ne pas tout traduire intégralement ; ce qui en plus a permis de garder un rythme dynamique. Bon j’avoue, j’ai aussi un peu mis la pression aux intervenants en définissant un chrono (presque) non négociable pour le temps de parole. Les sœurs d’Emilie en ont même fait une blague pendant la cérémonie

Prendre le temps de préparer la cérémonie

Deuxième mot d’ordre : « on a le droit de changer d’avis ». Il y a les choses qu’on sait et celles sur lesquelles on hésite. Nous avions le luxe d’avoir 7 mois pour préparer la cérémonie, donc les mariés pouvaient mûrir leurs envies et potentiellement revenir sur une décision sans qu’on ait à gérer les changements dans l’urgence. Ils ont pu se dire que le rituel du sable leur convenait moins que celui de l’arbre planté par exemple, ou après réflexion ils ont renoncé à certaines interventions.

Comme on avait le temps, on a aussi pu penser à des surprises pour chacun des mariés : chacun a eu droit à une chanson surprise. Je leur fournissais donc des trames de cérémonies amputées des titres des chansons et mentionnait des « interludes musicaux ». Emilie souhaitait ne pas tout savoir alors que Neil avait l’air plus curieux du déroulé précis, alors je distillais les infos tout en essayant de ne pas trop en dire.

Au final, on a construit une cérémonie qui leur ressemblait où on a mêlé les rires et l’émotion, où plein de gens ont pris la parole et traduit sous des formats différents. Je vous raconte la cérémonie le jour J dans un prochain article !

Bien Public : le début de la gloire :)

Pour une cérémonie est dans la presse 🙂

Hihi ! Danse de la joie et fierté ! Mardi matin, le Bien Public (quotidien local de Côte d’Or, c’est à dire chez mes parents et donc un peu chez moi ! ) a fait un article sur les cérémonies laïquesPour une cérémonie et la genèse de ce projet !

Bref, je suis ravie et je vous laisse découvrir l’article !

Bien-Public-cérémonies-laïques

 

Rituel autour du vin pour une cérémonie laïque

Le rituel du vin scellé

Des rituels, il y en a plein ! A chaque couple de trouver le sien !

rituel-du-vin-scelle

La symbolique

Le rituel du vin est un rituel en deux étapes : votre mariage et le jour où vous ouvrirez la bouteille. Cela symbolise votre projection dans l’avenir, la confiance que vous avez en votre couple. C’est aussi la marque de votre amour mutuel des bonnes choses et des plaisirs que vous partagez à deux.

Comment ça se passe ?

rituel du vin scelléLes mariés enferment dans une boite une bouteille de vin. Un vin qui leur plaît à tous les deux et un vin qui vieillit bien car l’objectif est d’ouvrir cette boite et la bouteille pour fêter les 10 ans de mariage. Dans cette boite, les mariés peuvent glisser une lettre adressée à l’autre où chacun explique à l’autre pourquoi il/elle l’a choisi.e.

Quand les mariés ouvriront la boîte et boiront le vin, ils pourront relire ces mots écrits 10 ans plus tôt et se remémorer l’engagement pris ensemble.

L’anniversaire des 10 ans est une bonne occasion d’ouvrir la boite du vin scellé, mais en cas de coup dur dans le couple (oui ça arrive aussi !), les mariés pourront l’ouvrir avant et partager ensemble un bon vin en lisant les lettres qu’ils s’étaient écrites. Se rappeler pourquoi on s’est mariés permettra alors sûrement de dépasser les chicanes de ‘vieux’ couple 😉

Comment faire intervenir vos proches ?

Pourquoi ne pas demander à vos proches de vous écrire eux aussi une lettre à glisser dans la boite. Une lettre au couple que vous serez dans 10 ans. Demandez-leur comment ils vous imaginent !
Vous pouvez aussi simplement leur demander de vous écrire ce qu’ils n’oseront peut-être pas à dire devant tout le monde pendant la cérémonie laïque. Vous serez touchés de lire leur prose à l’occasion de votre dixième anniversaire de mariage.

Et vous ? Quel rituel avez-vous choisi ?

La valeur du mariage, Kierkegaard

Le mariage défendu par la philosophie

Valeur du mariage KierkegaardQuand j’ai lu l’Eloge de l’amour d’Alain Badiou, je me suis dit qu’il fallait que j’aille creuser du côté de Kierkegaard et pas seulement parce qu’il a un nom rigolo (ou imprononçable au choix !)

Badiou reprenait les trois stades de l’existence (esthétique, éthique, religieux) qu i sont au fondement de la philosophie de Kierkegaard et les inscrivait dans l’expérience amoureuse. Au stade esthétique l’expérience de l’amour est celle de la séduction, de l’immédiat, de l’égoïsme de la jouissance. Au stade éthique, c’est l’amour véritable qui expérimente son sérieux et au stade religieux on atteint la valeur absolue de l’engagement qui est validée par le mariage. Religieux évidemment le mariage, mais c’est Kierkegaard et nous sommes au XIXème siècle !

Sur cette base, je suis allée lire la deuxième partie de L’alternative (Ou bien Ou bien) et plus particulièrement le début intitulé « La valeur du mariage ».

Qu’est-ce que le vrai amour ?

Le narrateur s’appelle Wilhelm, il est assesseur (fonctionnaire juridique pour faire très bref). Il est marié et très heureux de sa situation. Wilhelm décide d’écrire une longue lettre à un de ses amis qui, sans être contre le mariage, a une très forte tendance à s’en moquer et défendre les plaisirs des premiers amours, de ces moments du tout début où l’on est dans la phase de conquête. L’ami, qui ne sera jamais nommé sous un autre nom, est un don juan, qui une fois la conquête accomplie considère que l’amour disparaît. Alors le mariage, ne lui en parlez pas !

kierkegaard valeur du mariageLe mariage serait monotonie, ennui, dénué de volupté et au final dépourvu de toute beauté, de toute esthétique. Le seul mariage qu’il soutiendrait serait celui où le couple vivrait dans la même maison mais pas ensemble comme deux célibataires qui se séduisent toujours en conservant leur mystère, cela fait parfaitement écho à cet article croisé dernièrement (la force des coïncidences ! D’autant plus que l’article n’est pas si récent).

Bref, face à cet ami, Wilhelm l’assesseur heureux en ménage, décide de défendre la valeur du mariage et particulièrement sa valeur esthétique. Non le mariage n’est pas dénué de beauté, et l’amour conjugal n’est pas moins beau que l’amour romantique, bien au contraire. Il « est possible de garder l’esthétique même dans la vie quotidienne ».

Défendre le premier amour et la séduction permanente, penser que l’amour cesse une fois le cœur de l’autre conquis c’est prendre le début pour la fin. Et au-delà de son ami c’est un peu le reproche que fait Kierkegaard aux récits chevaleresques qui s’arrêtent une fois que le guerrier a dépassé les obstacles et retrouve sa belle : « il n’est pas vraiment besoin de beaucoup d’art pour en arriver là, pourvu que les premières flammes de l’amour soient données (…) en revanche, il faut de la réflexion, de la sagesse, de la patience pour surmonter l’ennui qui suit d’ordinaire l’exaucement du désir. » Qu’aurait-il dit des Disney ou des comédies romantiques ?!

Premier(s) amour(s) vs amour conjugal

Le vrai défaut du premier amour c’est son immédiateté nous dit Wilhelm, certes on éprouve une sensation d’éternité, « les amants sont profondément convaincus qu’ils forment entre eux un tout parfait, à jamais à l’abri du changement », mais si on ne passe pas à un stade supérieur c’est très instable car « la tâche consiste à conserver l’amour dans le temps ».
Et « conserver l’amour dans le temps » ne veut pas dire essayer de trouver des raisons, des « parce que » au mariage et à l’amour conjugal. L’amour est premier dans l’amour conjugal, on ne se marie parce qu’on veut des enfants, parce qu’on a peur de la solitude ou pour toute autre raison. En cela, Wilhelm rejoint son ami qui s’amuse à demander aux gens pourquoi ils se sont mariés et se moque de leurs raisons raisonnées. Pour Wilhelm, l’amour est la substance du mariage et il est premier. On ne s’aime pas parce qu’on est mariés, on s’est mariés parce qu’on s’aime.

Donc le mariage est bien au niveau du premier amour en termes de beauté, l’amour est premier. Mais la force du mariage est qu’il dépasse l’immédiateté, il obéit à la loi du mouvement. Le mariage « s’élabore dans le temps », ce que l’ami appelle la monotonie, l’ennui de l’habitude est au contraire pour Wilhelm ce qui lui donne sa temporalité à l’amour conjugal et pose son caractère historique. C’est aussi par là qu’on apprend à connaître l’autre et qu’on peut aimer vraiment. En effet « pour aimer vraiment il faut savoir ce que l’on aime », les secrets et mystères du début ne sont pas de l’amour pour notre assesseur, mais ses prémisses.

La force « historique » du mariage

Chercher sans cesse les joies des premiers amours vantées par l’ami, ce n’est finalement que du désespoir, la recherche effrénée de la répétition d’un même moment, un moment immédiat qui ne pourra jamais s’inscrire dans le temps. A contrario la force de l’amour conjugal (et du mariage) réside dans le fait qu’il trouve son ennemi dans le temps, sa victoire dans le temps, son éternité dans le temps » et il y a bien plus de courage et de force à conserver un amour qu’à le conquérir : c’est une « éternité d’où le temporel n’a pas disparu comme moment idéal, mais où il est constamment présent comme moment réel », et c’est en ça que c’est beau ! Donc mariez-vous et faites vivre votre amour !

Défilé de robes de mariées au Printemps

Des robes, des robes, des robes de mariées

défilé robes de mariées maria luisa

Samedi dernier, la coupole du Printemps Haussmann accueillait le défilé de robes de mariées de la sélection Maria Luisa Mariage. J’étais assez ravie d’y avoir été invitée.

On en a pris plein les yeux ! Déjà le cadre est superbe (cette coupole !) et les robes étaient splendides. La collection mettait définitivement en avant les robes longues et la dentelle, mais on a quand même vu une combi pantalon et une jolie robe courte en ouverture de défilé !

Chronique défilé Pour une cérémonie

J’avais entendu parler du retour des robes volumineuses, je dois reconnaître que je n’en ai pas vu beaucoup samedi dernier. Bon il y a un peu de volumes chez Atelier Emelia et particulièrement sur ces robes, sur lesquelles j’ai littéralement craqué ! Qu’en pensez-vous ? Moi, j’adore le tombé !

Chronique défilé pour une cérémonie

Les accros à la dentelle en ont eu pour leur compte. En total look, en touches, en doublure de jupon, sur les manches, dans le dos, bref c’est dentelle power.

Chronique défilé pour une cérémonie

Côté playlist c’était très sympa, on a même eu droit à un medley très 90’s en live à la fin du défilé ! Bref, des robes, de la musique de trentenaires, des ateliers DIY, que demander de plus ? Il y avait même du champagne et des jus détox !

Chronique défilé pour une cérémonie

Vous avez envie de plus de robes, retrouvez tous mes photos du défilé sur Facebook (lien vers l’album).

Le mariage tropicool de Laura et Arnaud

Laura et Arnaud se sont dit « oui » fin septembre 2016. À la mairie le matin et au Domaine de Frémigny l’après-midi.

Une cérémonie surprise pour les mariés

mariage tropicoolPour leur cérémonie, ils ont choisi de se garder la surprise et ont donné carte blanche à leurs proches et à leur officiante (votre servante !). Ce qui leur importait c’est que chacun se sente à l’aise aussi bien dans le fond que dans la forme.

Le fond était facile, c’était eux ! Et pour la forme, les intervenants ont multiplié les idées : on a eu entre autres un discours improvisé, un court-métrage, des pancartes, un poème, un discours ponctué d’extraits de chansons entonnées parfois en chœur avec l’assemblée !

Des je t’aime en pagaille

mariage tropicool
Copyright Benoît Basset

Un mariage et une cérémonie laïque, c’est l’occasion de dire je t’aime et personne ne s’en est privé. Il y a eu les je t’aime pudiques, les je t’aime poème, les je t’aime parce que, les je t’aime et je vais continuer, les je t’aime entre les lignes, etc.

Cette cérémonie a été marquée par toutes ces façons de se dire ces mots qu’on ne se dit pas si souvent. Plusieurs discours ont été introduits par « je ne suis pas à l’aise en public » ou « je ne sais pas faire de discours » et pourtant toutes les interventions étaient émouvantes. Chacun était vrai avec sa pudeur, ses larmes parfois et ses chuchotements quand l’émotion étreignait sa gorge.

Trois idées dont s’inspirer

  • Les pancartes à messages. Toujours efficaces ! Et encore plus quand on est une personne émotive et qu’on craint que les mots se perdent sur nos lèvres.
  • Les vœux sous forme de liste de réponses à cette seule question « Pourquoi j’ai envie de me marier avec toi ».
  • Commencer par « je ne suis pas à l’aise pour les discours » pour s’assurer la bienveillance de l’auditoire ! Et faire un super discours comme le témoin du marié qui a été aussi drôle que touchant.


Le mur des « Je t’aime »

300 langues pour se dire Je t’aime

Samedi dernier, on s’était prévu une balade de l’amitié avec ma copine Charlotte et nous avons décidé d’aller voir le mur des Je t’aime dans le quartier de Montmartre ! Nous ne sommes pas les dernières à avouer un penchant pour les mignonneries et pourtant nous n’y étions jamais allées malgré nos bientôt 7 ans de vie parisienne, la honte !

mur-des-je-taime

En deux mots : Je t’aime

Le mur des Je t’aime c’est le passage presque obligé des gens qui aiment et qui s’aiment à Paris, c’est encore mieux pour les amoureux étrangers en vacances à Paris car chacun cherche sa langue sur le mur.

Comme je suis certes adepte de mignonneries mais aussi curieuse de nature, je me suis penchée sur l’histoire de ce mur ! Donc je partage 🙂

L’histoires des Je t’aime

Le mur des Je t’aime c’est 40m² de Je t’aime dans toutes les langues ! Le projet est une œuvre commune en trio. Frédéric Baron, collectionneur de Je t’aime a compilé 1000 je t’aime en presque 300 langues en demandant aux gens de lui écrire cette déclaration dans leur langue. Claire Kito les a calligraphiés en reprenant les écritures originales des Je t’aime réunis par Frédéric. C’est Daniel Boulogne, un artiste spécialisé dans les murs peints qui s’est chargé de monter ce mur dans le square Jehan Rictus, place des Abbesses (tout juste en face du métro du même nom). Joli boulot Daniel, il y a quand même 612 carreaux sur ce mur !

Bref, voilà une idée de pause lors d’une balade bucolique dans le quartier de Montmartre ! Allez y faire un tour et envoyez-moi une photo, je la rajouterai à mes mignonneries 🙂

Le Mur des je t’aime
Square Jehan Rictus – Métro Abbesses – Paris XVIII
Il y a même un site officiel, c’est par !

Mariage bilingue ou multilingue : comment faire ?

Mariage bilingue

Comment gérer les langues dans la cérémonie laïque ?

Quand on est un couple bilingue, ou trilingue (ou plus !), le mix des langues est une évidence. Il y a souvent une langue plus utilisée, mais on jongle, on crée même souvent un nouveau langage. Je ris toujours quand j’entends mes amis Italo-Vénézueliens se raconter leur journée de boulot, le jargon pro est en français dans une conversation majoritairement en espagnol et le baiser d’au-revoir est annoncé en italien. Ça c’est le quotidien, mais comment faire pour la cérémonie laïque d’un mariage bilingue ? Voilà quelques questions à vous poser pour vous guider.

Quelles langues parlent les invités ?

lister langues des invitésCette question en recouvre plusieurs en fait. Qui parle quelle langue ? Combien sont-ils pour chaque langue ? Y-a-t-il des personnes qui ne parlent qu’une seule langue ? Combien de personnes sont à même de comprendre toutes les langues ?
Ces questions vous permettront de définir les priorités. Si 50% de l’assemblée ne comprend pas la ou les autres langues, il sera nécessaire de traduire ou du moins de rendre accessible l’ensemble de la cérémonie. Si les personnes monolingues sont au contraire très minoritaires, vous pouvez faire le choix d’utiliser cette langue minoritaire par touches : par exemple, vous pouvez résumer en quelques mots ce qui va être dit dans un discours. Ainsi, même si vos invités monolingues ne comprennent pas le discours, ils auront pu en saisir les grandes lignes.

Au contraire si la majorité de l’assemblée comprend toutes les langues, il faudra faire attention aux choix de traduction. En traduisant mot à mot toutes les interventions, vous courez le risque de perdre vos invités qui auront l’impression d’assister plusieurs fois à la même cérémonie.

Doit-on tout traduire ?

Deuxième question importante car elle a un impact sur la durée de la cérémonie.
Et oui, généralement dans une cérémonie laïque, il y a plusieurs interventions au-delà des échanges de vœux et des consentements des mariés. En les traduisant on augmente la durée de la cérémonie, c’est inéluctable.

Réfléchissez en plusieurs étapes et demandez-vous ce qui est prioritaire pour vous. Voulez-vous que tout le monde comprenne les vœux que vous vous adressez ? Préférez-vous que vos invités saisissent le déroulé ? Y-a-t-il un discours que vous voulez particulièrement mettre en avant ?

Comment traduire ?

Là encore, la durée de la cérémonie de votre mariage bilingue sera votre fil conducteur. Si vous avez prévu 45 min et que vous avez trois langues, il va sûrement falloir user de traductions visuelles (avec des dessins, des mimes ou des pancartes/projections avec la traduction des mots clés) car elles ont l’avantage d’être simultanées avec la parole ! Si vous vous accordez 1h30, vous pourrez plus doublonner certains discours par la traduction orale. Pensez quand même aux traductions visuelles pour casser la monotonie 🙂

Et vous, comment avez-vous fait ? Donnez-nous vos tips et conseils !