A vos salons !

salons du mariage pour une cérémonie

Vous avez raté Mariage au Carrousel, oui c’est dommage, c’était très beau et il y avait des idées à piocher dans les ateliers. Allez, je vous taquine ! C’est la saison des salons donc vous allez pouvoir vous rattraper 🙂 Ne serait-ce qu’en retrouvant le programme et les exposants du salon du Carrousel ici.

Et dès demain, le Salon du Mariage accueille plus de 200 exposants porte de Versailles. L’occasion d’aller rencontrer les professionnels, de confirmer ou de remettre en cause vos premiers choix, d’essayer quelques robes ou d’enfin acheter vos alliances ! Vous me direz ce que vous en avez pensé.

Et si le week-end du 30-31 janvier, vous êtes déjà occupés, qu’à cela ne tienne. Vous pourrez vous rendre au Festival du mariage le 6 février. Allez découvrir le concept Love etc. ! Personnellement, j’adore l’univers qu’ils proposent. C’est épuré, bucolique, une certaine idée du mariage. Bref, prenez le temps de flâner, inscrivez-vous aux ateliers et racontez moi vos découvertes.

En pratique :

  • Salon du mariage, les 30 et 31 janvier, Porte de Versailles, Paris 15. De 10h à 19h.
  • Love etc., le 6 février, 116 rue de Turenne, Paris 3. De 10h à 18h.

Le cadavre exquis

Créer son propre rituel avec le cadavre exquis

Des rituels de cérémonie laïque, il y a en plein. A chaque couple de trouver le sien !

Le principe du cadavre exquis

Certes le nom peut paraître étrange et peu approprié pour un mariage mais vous allez voir, c’est plutôt drôle en fait. Le cadavre exquis a été inventé par les surréalistes, au début du XXème siècle.

Chaque participant écrit une partie de phrase sur un papier en prenant bien soin de cacher aux autres ce qu’il a noté. Imaginons que vous êtes cinq autour d’une table. La première personne à écrire choisit un mot qui sera le sujet de la phrase. Elle le note et plie le papier afin que son voisin ne puisse rien voir, le voisin écrira un verbe conjugué puis fera la même manipulation, le troisième donnera un complément d’objet, le quatrième un adjectif et le dernier un adverbe. Une fois que chacun a écrit, on déplie la feuille et on découvre la phrase ainsi créée. Souvent on rit, mais parfois on est également ému par une certaine poésie de quinconce qui émane de ces créations.

Comment ça se passerait dans une cérémonie laïque ?

Chaque invité situé à l’extrémité d’un rang de l’assistance se verra remettre une feuille vierge. Le mot d’ordre sera : faites vos vœux aux mariés ! Le premier de chaque rang commence, note un sujet, plie la feuille et la passe à son voisin, lequel continue les vœux, plie et confie la suite à son autre voisin, ce ainsi de suite jusqu’à la fin du rang.

Réunissez ensuite tous les vœux dans un panier, dans un chapeau, dans un vase. Il n’y a plus qu’à piocher parmi les cadavres exquis pour découvrir la prose de l’assemblée. Ce que je vous propose, c’est de faire lire ces vœux à la fin de la cérémonie comme texte de clôture. Je vous parie que vous serez touchés et amusés par la créativité de vos invités qui deviendront ainsi des participants à part entière dans la réalisation de votre cérémonie laïque.

Vous avez essayé ? Partagez vos cadavres exquis dans les commentaires.
Ça vous tente ? Allez-vous confier cette mission à vos invités ?

Inspiration voeux : Alice et Sylvain

Au tour de Sylvain de prononcer ses vœux pour Alice. Eux deux, ça dure depuis le début de la terminale. Une déjà presque éternité !

Alice, mon cœur.

Mon amour de jeunesse devenu amour d’adulte, aujourd’hui je te promets d’être aussi ton amour de vieillesse. Certains diront qu’on a pris le temps pour officialiser notre amour, d’autres qu’ils ne s’y attendaient plus. 14 ans, cela fait 14 ans qu’on s’aime et pour moi c’est comme si cela faisait 6 mois. Juste assez pour te connaître, mais assez peu pour que tu gardes encore tellement de mystère. Juste assez pour ne plus douter de mes sentiments, mais assez peu pour avoir toujours envie de te surprendre et être surpris par l’amour que tu m’offres en retour.

Alice, on se marie enfin et je suis l’homme le plus heureux du monde. Je m’engage avec toi et devant nos proches. Cette alliance que je te donne, c’est pour te dire que cela fera toujours 6 mois qu’on est ensemble ! Cela fera 6 mois quand Jules fêtera ses 15 ans, cela fera 6 mois quand il aura une petite sœur ou un petit frère. Cela fera 6 mois quand nous serons deux vieilles personnes et que nous nous soutiendrons mutuellement pour faire notre promenade rituelle du matin. Je te promets d’être à tes côtés chaque jour.

NB : sauf mention contraire, tous les modèles de la catégorie « Voeux et discours » sont le fruit de mon imagination. Comme on dit dans les films, « toute ressemblance avec des personnes réelles …. » :)

Symbolique des alliances

D’où ça vient les alliances ?

Symbole consacré du mariage

Echange alliances - cérémonie laïqueLes alliances représentent à elles-seules l’union entre les deux partenaires. Peu nombreux sont les mariés qui ne se prêtent pas à ce rituel. Mais d’où vient cet échange si immuable qu’il nous semble intemporel ? La symbolique des alliances est-elle un héritage du religieux ?

Eh bien, non c’est encore plus ancien ! L’échange d’alliance remonte à l’Antiquité. Oui les anneaux échangés signifient un engagement à deux depuis plus de 2 000 ans ! De fait, à Rome on se donnait une alliance pour signifier un engagement de manière générale, cette action venait sceller le contrat. C’était ainsi très répandu pour valider un contrat commercial, par exemple. Et oui, l’anneau n’a pas toujours été un symbole très romantique !

Des fiançailles au mariage

Mais revenons au mariage. Dans l’antiquité romaine, les alliances étaient échangées avant le mariage. C’est au moment des fiançailles, lorsque le fiancé s’engageait devant les deux familles à épouser la fiancée, que les anneaux étaient passés au doigt de chacun. C’est à l’annulaire gauche, que l’alliance était passée en accord avec la légende soutenant qu’un nerf très fin relie ce doigt au cœur. Je ne sais pas si la légende est vraie mais elle est si romantique qu’on va la garder 🙂

Du contrat de cohabitation au mariage : l’exemple suédois

Vivre ensemble, s’aimer, se protéger

Au fil de mes lectures, je cherche à mieux comprendre ce qu’est le mariage, ce qu’il représente et comment il est appréhendé. Je voudrais donc m’arrêter aujourd’hui sur un article croisé dans Mariages et homosexualités dans le monde, dirigé par un collectif de chercheurs en sciences humaines.

Il y a une mine d’informations et de thèses intéressantes dans ce livre alors il est possible que je vous en reparle. Aujourd’hui je m’arrêterai cependant sur l’article consacré au concept d’égalité dans les pays scandinaves. Et je me concentrerai plus précisément sur l’exemple suédois. Bon en vrai, j’aime bien l’exemple suédois sur de nombreux sujets 🙂

Quel rapport avec le mariage me direz-vous ? Et bien justement ! L’ouverture du droit au mariage pour les couples homosexuels est le résultat d’un cheminement qui s’interroge perpétuellement sur l’égalité entre les individus. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui la sexualité – au sens d’orientation sexuelle – est décorrélée de la question du droit au mariage.

Mariage et égalité

Le mariage est ouvert aux individus et leur assure une série de droits peu importe leur sexualité. Mieux même, le sujet n’est pas de considérer que la sexualité des individus n’importe pas. On considère plutôt que cette donnée fait partie de la sphère privée. Elle n’est donc pas différenciante d’un point de vue légal.

Dès le début des années 80, le gouvernement suédois a travaillé à la fois sur la place des homosexuels dans la société et sur une réforme du mariage. Ces deux réflexions répondent au principe d’égalité évoqué ci-dessus. L’interrogation porte à la fois sur l’importance de considérer l’homosexualité à égalité avec l’hétérosexualité (pas de différence entre les individus, quelle que soit leur vie privée) et sur la création d’une protection légale égale entre les couples non mariés et mariés.

Les réflexions ont commencé dès 1984, oui 1984 ! Au risque de paraître insistante, ça veut dire qu’en Suède on se posait la question de l’égalité entre homosexualité et hétérosexualité presque 30 ans avant que certains manifestent en France pour dire que la famille c’est un papa et une maman et que le pacs ça suffit bien pour les couples homo, etc. etc. C’est une des raisons, pour lesquelles j’aime bien les exemples suédois, ils ont très souvent une grande longueur d’avance !

De l’association domestique au partenariat enregistré

Bon je reprends. Au terme du débat parlementaire, deux lois de cohabitations ont été votées en 1987. Elles accordaient des droits et une protection aux couples cohabitants non mariés. Une loi concernait spécifiquement les couples homo, l’autre les couples hétéro. Il y avait donc une avancée avec une reconnaissance d’une « association domestique » pour les couples vivant ensemble mais le simple fait qu’il y ait deux lois était un facteur de discrimination. Il a d’ailleurs rapidement été remis en cause (dès 1994) et les deux lois ont été fusionnées en 2003.

2003, ça fait tard ! Mais, c’est aussi parce que dès 1994, un pas supplémentaire a été fait, avec le « partenariat enregistré ». Ce contrat accorde aux couples non mariés (hétéro et homo) une série de droits et devoirs très proches de ceux des couples mariés. Là encore, ils sont trop forts ces Suédois ! Je m’explique. Dès 1994, une loi a permis aux couples qui ne pouvaient pas se marier et aux couples qui ne voulaient pas se marier de s’inscrire dans un cadre légal. Certes, sur ce point, c’est seulement 5 ans d’avance sur la France, en même temps le « partenariat enregistré » c’est bien plus que le PACS. De fait, la série d’amendements autour de ce contrat a conduit à en faire un équivalent du mariage nous explique Marie Digoix dans l’article.

L’ouverture du droit au mariage aux couples homosexuels date, elle, de 2009, et les couples homo peuvent adopter depuis 2002.

En Suède, le cadre légal de la conjugalité et de la parentalité est donc pleinement égalitaire. Sur ces questions, tous les individus sont égaux. Il n’y en a pas de plus égaux que les autres pour reprendre la formule d’Orwell. Et moi je trouve ça super, simplement, et je voulais partager mon enthousiasme avec vous.

Marie Digoix, « Scandinavie. Le concept nordique d’égalité entre différenciation et universalisme », dans V. Descoutures, M. Digoix, E. Fassin, W. Rault (dir.), Mariages et homosexualités dans le monde, L’arrangement des normes familiales, Les éditions autrement, 2008

Inspiration voeux : l’amour imprévu (Hannah et Pierre)

DSC_0219Pour ouvrir le bal des exemples de vœux que je vous propose sur le blog, j’ai imaginé l’histoire d’Hannah et Pierre. Lorsqu’on leur demande comment ils se sont rencontrés, ils annoncent qu’ils font partie de la catégorie « amis d’amis ». Il leur a fallu un peu de temps pour s’apprivoiser et les voilà prêts à échanger leur vœux. C’est Hannah qui se lance : 

« Qui l’eut cru ? Qui aurait pu prédire que nous serions là tous les deux prêts à échanger nos vœux devant ceux que nous aimons ?

Tu te rappelles ? La première fois que je t’ai vu, je ne t’ai pas vu d’ailleurs ! Je t’ai à peine salué, trop occupée à répondre à un texto de Lucie. Tu étais tellement vexé de ce manque d’attention que tu m’as retiré le portable des mains et asséné un « enchanté Pierre » avec ton regard noir. On était mal partis !

Et ça a duré un peu longtemps, je t’avais trouvé désagréable, tu m’avais trouvée impolie, on s’est boudés à quelques soirées jusqu’à ce dîner où on nous installés côte à côte. Et là, tu m’as fait rire. Pas une fois, pas deux, cent ! J’ai été ton meilleur public tout au long de la soirée et j’ai commencé à te regarder avec d’autres yeux. J’ai enfin fait attention à ces yeux verts, cet air taquin. C’est ce soir-là que tu m’as séduite, tu sais.

Maintenant, je suis là, devant toi. Pierre, c’est moi qui suis enchantée. Enchantée de vivre depuis deux ans à tes côtés. Enchantée de te promettre en ce grand jour de vivre toutes mes prochaines années avec toi. Enchantée d’être un jour la mère de tes enfants. Enchantée de savoir que vieillir avec toi me permettra de grandir et d’aimer chaque jour un peu plus.
Pierre, aujourd’hui, je m’engage avec toi. Je te promets que je serai toujours ton meilleur public, je te promets de t’aimer et de te soutenir dans tout ce que tu voudras entreprendre : de l’installation du luminaire du salon au tour du monde. Je te promets qu’on sera des chouettes mariés et qu’on fera des chouettes parents et qui sait, un jour, des chouettes grands-parents !

Cette alliance, c’est ce qui symbolise notre union et notre amour. Par elle, je fais de toi mon époux, l’homme de ma vie. Je t’aime. »

NB : sauf mention contraire, tous les modèles de la catégorie « Voeux et discours » sont le fruit de mon imagination. Comme on dit dans les films, « toute ressemblance avec des personnes réelles …. » 🙂

Pourquoi on se marie ?

Parce qu’on s’aime. Parce qu’on veut passer le reste de notre vie ensemble. Parce qu’on veut fonder une famille. Parce qu’on veut se prouver notre engagement. Parce qu’on veut faire une grande fête. Autant de bonnes raisons, de belles raisons. Pourtant, le mariage n’est pas nécessaire pour mettre en œuvre toutes ces envies. C’est vrai, on peut très bien passer sa vie ensemble, élever des enfants ensemble, organiser une voire des fêtes avec tous ceux qu’on aime sans se marier.

Loin de moi l’idée de nier l’importance de cet engagement, seulement d’attirer l’attention sur la nécessité de se poser la question. Parmi les réponses raisonnées, nombre sont celles qui ôtent au mariage son caractère romantique. Se marier, c’est parfois faire des économies d’impôts, c’est aussi acter la gestion des biens individuels et communs – via le fameux contrat de mariage – c’est faire reconnaître par l’Etat l’union avec sa/son partenaire de vie. C’est donner une existence légale à quelque chose de pourtant si peu tangible ou rationnel : le sentiment amoureux.

C’est peut-être ça, la raison pour laquelle on se marie. Il en va d’une volonté de faire connaître et reconnaître son union. De lui donner un contour concret. D’acter, de contractualiser un état de fait.

Et pour vous ?
Au fond de vous, qu’est-ce qui vous a amené à l’envie de mariage ? Je vous invite à vous poser mutuellement, et individuellement, cette question pour bien commencer la préparation de votre cérémonie d’engagement. Vos deux réponses permettront de donner à votre cérémonie votre tonalité.

Rédiger ses vœux : inspiration

En cette nouvelle année 2016, je déclare ouverte une nouvelle catégorie sur le blog Pour une cérémonie : des exemples de vœux et de discours !

Tous les exemples sont tirés de mon imagination, je vous invite aussi à me soumettre vos idées pour élargir les propositions. Le principe : j’imagine un couple et son histoire puis je rédige les vœux de l’un des deux partenaires. Je suivrai le même mode de fonctionnement lorsque je vous aiderai à rédiger vos vœux pour votre cérémonie d’engagement.

A  bientôt donc avec la déclaration d’Hannah à Pierre 🙂