Vœux d’Adam à Sylvia

Ne pas promettre

je m'engage
©JD Mason

Adam et Sylvia sont amoureux depuis 8 ans et Adam est un homme de l’instant. Il vit dans le présent et n’est pas à l’aise avec les promesses. Et pourtant.
Pourtant, il s’est prêté à l’exercice des vœux en toute sincérité, sans éluder les rudesses, les doutes, ni l’amour véritable qu’il éprouve pour celle qui devient sa femme.

 

« Sylvia
Tu me connais, je ne suis pas un homme de promesses. Les promesses ça se rompt sans cesse. Les promesses sont si souvent des mots qui s’effacent. C’est pour ça que j’ai hésité longtemps avant de te demander en mariage. Je savais que c’était très important pour toi mais je voulais, moi aussi, être convaincu avant de m’engager. Je le suis désormais.

Aujourd’hui, je ne vais pas te promettre de t’aimer toujours. Car si un jour j’hésite, je ne veux pas que la première raison pour t’aimer soit de t’avoir un jour promis de le faire.

Sylvia, je veux t’aimer et te chérir. Je veux retomber amoureux de toi chaque jour. Je veux que la vie sans toi demeure insupportable. Je veux faire de toi ma famille. Et construire avec toi notre famille. Je veux te protéger, partager avec toi ce que je suis, vivre selon nos valeurs, construire le couple que nous serons dans 10 ans et dans 50 ans. Je veux tout ça. Je ne te le promets pas mais je m’engage avec toi.

Je m’engage avec toi aujourd’hui pour servir cette volonté profonde. Je ne suis pas l’homme le plus romantique du monde, tu le sais mais je t’aime. Sincèrement. Follement. Intensément. Et tu le sais aussi, mais je tiens à te le répéter et à le répéter encore. Je t’aime.

Je connais tes grandes qualités et tes quelques défauts. Je ne m’engage pas aveuglément. Non, je m’engage avec toi, avec la personne que tu es, tout ce que tu es.

Je m’engage avec la femme solaire qui m’a séduit et me séduit toujours. Je m’engage avec la femme inquiète que je protège et rassure parfois. Je m’engage avec la femme rieuse sans cesse à l’affût d’un bon mot. Je m’engage avec la femme râleuse qui n’aime pas les matins et les réveils après la sieste. Je m’engage avec toi Sylvia.

Et je ferai tout pour respecter cette non promesse et t’aimer jusqu’à la fin de nos jours. Je t’aime. »

 

NB : sauf mention contraire, tous les modèles de la catégorie « Vœux et discours » sont le fruit de mon imagination. Comme on dit dans les films, « toute ressemblance avec des personnes réelles …. » 🙂 

De l’amour de collège à l’amour d’une vie

La cérémonie laïque de Stacy et Geoffroy

amour de collège

Ces deux-là sont mes premiers mariés de la saison 2017. Et mes plus jeunes ! Ils ont 23 et 25 ans, sont amoureux depuis la classe de 4ème et forment un de ces couples qui grandissent ensemble chaque jour. Je les ai rencontrés en septembre 2016. Stacy avait déjà son cahier de mariée et Geoffroy l’avait demandée en mariage quelques semaines plus tôt. Joli coup de cœur pour ce couple de bébés mariés – oui je me permets du haut de mes 32 ans !

Leur histoire

Le premier rapprochement avait eu lieu en 6ème, la deuxième tentative et le premier baiser c’était en 4ème et depuis ils ne sont plus quittés. Je les appelle mes bébés, mais c’est un couple qui a 10 ans et qui se connaît par cœur. Ils ont une maturité impressionnante.Très attentifs l’un à l’autre, ils ont se sont soutenus dans leurs ambitions étudiantes et professionnelles. La victoire de l’un est toujours également celle de l’autre.

Faire contre pluie bon cœur 

On rêvait d’une cérémonie en extérieur mais la météo en a décidé autrement ! En ce début juin pluvieux, les mariés et leurs témoins ont investi un joli préau qu’ils ont décoré avec soin. L’espace était ainsi cosy, chaleureux et prêt à nous faire oublier les trombes de pluie ! Leurs sourires et leur joie ce jour-là valaient tous les soleils du monde.

amour de collège

La tribu des mariés

Ils s’aiment depuis dix ans, leur couple est solide et il est inscrit au sein d’une tribu bien plus large. Une tribu d’amis et de parents qui se connaissent tous et s’entendent parfaitement ! C’est ainsi la maman de la mariée et le père du marié qui ont ouvert la cérémonie dans une jolie complicité. Les témoins, amis, oncles et sœur ont continué la valse des discours. C’était une joie de les entendre, entre rires et larmes (et beaucoup de rires soyons honnêtes !). J’avais bien senti l’amour et la connivence qui unissait les mariés à leurs proches, cette sensation s’est purement et simplement confirmée le jour J.

amour de collège

Trois idées dont s’inspirer

Introduction et conclusion par les parents : 

Je n’ai jamais caché mon amour pour les discours des parents. Je réitère ! Et cette fois on a même créé une boucle car le duo père du marié-mère de la mariée ont ouvert la cérémonie et l’ont également conclue. Comme une manière d’accompagner leurs enfants sur toute la cérémonie et de leur donner leur bénédiction !

Le discours-pancartes des copines témoins : 

amour de collège

Elles voulaient un discours à double lecture, elles ont donc choisi de lister toutes les qualités de Stacy à l’oral et de les temporiser avec des photos moins glamour ! C’est encore différent de l’usage des pancartes type Love Actually, mais c’est un bon moyen de toucher et de faire rire en même temps. 

Le rituel du vin assorti des messages de tous les proches : 

Je vous parlais de tribu plus haut, cela s’est encore confirmé avec le rituel choisi par les mariés. Ils aimaient la symbolique du rituel du vin scellé et particulièrement cette idée des lettres à retrouver dans 10 ans. Stacy et Geoffroy ont tous les deux glissé leur lettre, mais ils retrouveront aussi celles de leurs témoins et de leurs familles dans 10 ans ! 

amour de collège

Merci à vous les amoureux, j’ai adoré préparé votre cérémonie avec vous !

C’est en risquant qu’on devient vivant et aimant

Lecture de cérémonie, Jean Vanier

C'est en risquant qu'on devient vivant et aimant

Comme ça faisait longtemps que je n’avais pas partagé une idée lecture avec vous. Alors, je me suis dit qu’il fallait remédier immédiatement au manque en question ! Voici donc, pour vous, un extrait d’un texte de Jean Vanier résumant des beaux conseils d’amour, pour l’amour. L’amour de ceux qui se marient, mais aussi de ceux qui s’aiment en général. J’imagine bien ce texte lu par des membres de la famille des mariés ou par des ami.e.s de toujours. Suivi ensuite d’un discours « accueillant » la nouvelle personne dans la famille ou la tribu de manière générale.

Cela sonne pour moi comme un message de bienveillance et de tendresse. Une tendresse attentive à l’autre et forte de ce message : « C’est en risquant qu’on devient vivant et aimant ». Le mariage est une forme de risque, un risque que l’on prend et que l’on revendique haut et fort. Un risque qu’on défend chaque jour un peu plus.

Et vous, vous l’imaginez où ce texte ?

Donner de l’espace à l’autre
Accueillir quelqu’un, ce n’est pas le prendre pour l’étouffer ou le changer selon mes idées et ma façon de voir
Accueillir, c’est donner de l’espace à l’autre à l’intérieur de moi, pour qu’il puisse m’apporter
quelque chose et, par le fait même, me transformer un peu.

L’accueil est une ouverture, une capacité un désir d’évolution, de changement, de croissance.

Dans l’accueil, il y a un élément d’inattendu.
Je n’agis plus en maître.
Je reçois ce qui m’est donné.
Recevoir quelqu’un pour prendre dans ses idées ce qui peut m’enrichir et le rejeter quand il me dérange, ce n’est pas l’accueil.

Accueillir c’est s’exposer à un risque.

La vie est risque.

C’est en risquant qu’on devient vivant et aimant.

Et le fruit de ce risque, c’est la fidélité de l’amour, la tendresse éprouvée, la célébration d’une alliance.

En parler ou pas : les sujets qui fâchent

Censure ou pas censure le jour de la cérémonie ?

sujets qui fâchent
© Meghan Duthu

Un mariage, c’est le jour heureux par excellence. Celui où l’on partage les beaux moments, les meilleurs souvenirs et les souhaits les plus fous. C’est vrai.

Mais un mariage, c’est aussi la vraie vie ! Avec ses douleurs, ses situations compliquées, ses non-dits. Le mariage peut être une parenthèse enchantée au milieu de ces sujets moins drôles, c’est vrai aussi. La question est alors : est-ce qu’on les évoque pendant la cérémonie laïque, ces fameux sujets qui fâchent ?

Les sujets qui fâchent ?

Certaines personnes ont le bonheur d’être nées dans des familles unies, aimantes et solides. J’en ai rencontré quelques-unes et c’est à chaque fois un plaisir ! Mais il y aussi, régulièrement des situations un peu plus difficiles. Des ruptures familiales qui entraînent l’absence d’une partie de la famille, voire des parents le jour du mariage. Mais aussi des différences (ouh le gros mot !) entre les mariés.

sujets qui fâchent
© Kristina Flour

Que ce soit un écart d’âge important, un remariage, des religions ou des cultures diverses, des statuts sociaux différents, une homosexualité pas toujours acceptée par certains membres de la famille. Parfois ce qui n’est rien pour les mariés peut sembler une montagne pour leurs proches et par conséquent poser question le jour du mariage.

sujets qui fâchent
© Andre Hunter

Attention, ça n’arrive pas toujours ! Il y a des familles qui sont très à l’aise et échangent divinement bien. Mais je vous assure, la question mérite d’être posée. Des situations compliquées, il y en a plein. Et parfois, elles prennent beaucoup de place !

Une seule question : quel est votre ressenti ?

En fait les sujets qui fâchent sont bien souvent ceux que vous-mêmes n’abordez pas avec tranquillité. Tous les enfants de divorcés ne se sentent pas écartelés entre leurs deux parents, et tous les couples multiculturels n’éprouvent pas le besoin d’insister sur le sujet.

C’est bien là, d’ailleurs, la clé de la réponse.
En effet, le sujet ne fâche que s’il vous gêne vous, ou s’il est sujet de discussion récurrent avec votre famille. Dans tous les autres cas, bienheureux soyez-vous !

sujets qui fâchent
© Jared Sluyter

Mais si quelque situation vous chagrine ou génère une gêne, posez-vous la question de son traitement. Comment avez-vous envie d’en parler ? D’ailleurs, avez-vous seulement envie d’en parler ? Personne ne vous en voudra d’éluder un sujet qui vous met mal à l’aise. Si certaines personnes peuvent en être étonnées, rien n’empêche votre officiant.e de clarifier en deux mots la situation. Ça fait aussi partie de notre métier. Nous sommes des diplomates en puissance !

Soyez libres : choisissez !

Oui sentez-vous libres. Et si vous décidez d’aborder les sujets qui fâchent, je vous donnerais un seul conseil. Privilégiez les ellipses. De manière générale, les situations délicates sont assez connues par tout le monde pour ne pas en parler pendant des heures. Faites-y référence en quelques mots puis passez à autre chose. Le vrai sujet c’est votre mariage, pas le fait que votre mère ne soit pas invitée ou que votre conjoint prie un dieu que vous ne reconnaissez pas !

sujets qui fâchent

C’est seulement un élément dans l’histoire de votre famille ou de votre couple, mais ce qui compte c’est que ce jour-là, pendant cette cérémonie, vous allez échangez vos engagements. Alors souriez, respirez et profitez-en à fond et suivez vos intuitions, elles sont très souvent les bonnes !