Amour et nourriture

Aujourd’hui, la revue de littérature se penche sur « deux passions dévorantes », l’amour et la nourriture ! Pendant mes balades à la bibliothèque, le livre de Willy Pasini m’a sauté aux yeux. Et je n’ai pas été déçue !

Nourriture et amour

L’étude date un peu (1994) mais les thèmes sont universels. Je me suis surtout penchée sur la première partie qui aborde justement les liens récurrents entre amour et nourriture dans la culture et la vie des hommes depuis la nuit des temps.

Au moins deux points communs lient la nourriture et l’amour :

  • Tous deux s’inscrivent dans un ensemble de règles sociales, on apprend l’art d’aimer et on apprend celui de manger. D’ailleurs, le premier espace d’apprentissage de ces deux notions est la famille. On fête les anniversaires avec des gâteaux, on fait des bons repas pour fêter une bonne nouvelle ou pour consoler d’une mauvaise.
  • L’amour et la nourriture ont été aussi bien glorifiés que réprimés. Souvent l’oppression de l’un des concepts coïncidaient avec celle de l’autre. Qu’on pense à la gourmandise posée comme un péché capital autant que la luxure dans le christianisme ou à la pensée grecque qui associait la gourmandise à la volupté de l’amour, la satisfaction de ces deux penchants bloquant l’atteinte de la vertu suprême.

Et pour Pasini, le point commun le plus structurant est qu’on attend de ces deux choses bien plus que la satisfaction d’un besoin primaire. Nourriture et amour nous aident « à transmettre nos sentiments, les bons comme les mauvais ». Il fait ainsi un parallèle entre les repas et la sexualité de ceux qui s’aiment en opposition aux repas et à la sexualité de ceux qui ne s’aiment pas. Que ce soit dans la nourriture comme dans la sexualité, quand on aime on se donne « le plaisir de faire plaisir, (cet) aphrodisiaque inconnu » de ceux qui ne s’engagent pas dans l’amour. Au contraire, quand on ne s’aime pas, la nourriture et la sexualité peuvent être des moyens de punir l’autre, en ne donnant rien ou en donnant mal.

Les liens entre nourriture et amour se retrouvent aussi beaucoup dans le vocabulaire. On part en lune de miel, on caresse une peau de pêche, on a des joues à croquer, on se dévore du regard’. D’ailleurs, quelqu’un de gourmand séduit plus qu’un autre. C’est une des conclusions de l’étude présentée dans la deuxième partie du livre. Pasini écrit ainsi : « la bonne chère attire encore beaucoup de gens, sans doute tous ceux qui n’ont pas perdu le goût de prendre le temps de faire la cour : les gourmets de la vie le sont autant devant une nappe que sous les draps. Pour eux l’érotisme est à la sexualité ce que la gastronomie est à la cuisine ».

Willy Pasini, Nourriture et amour, deux passions dévorantes, Petite bibliothèque Payot, 1994

Tu crois au marc de café, Paul Verlaine

Parmi les auteurs à explorer pour illustrer votre cérémonie laïque, je vous invite à vous pencher sur Paul Verlaine. Je vous livre ici un exemple, il y en aura d’autres. En manque d’inspiration pour s’adresser à son élue ? Elle ne vous en voudra peut-être pas si vous reprenez les mots du grand Paul !

Tu crois au marc de café,
Aux présages, aux grands jeux :
Moi je ne crois qu’en tes grands yeux.

Tu crois aux contes de fées,
Aux jours néfastes, aux songes.
Moi je ne crois qu’en tes mensonges.

Tu crois en un vague Dieu,
En quelque saint spécial,
En tel Ave contre tel mal.

Je ne crois qu’aux heures bleues
Et roses que tu m’épanches
Dans la volupté des nuits blanches !

Et si profonde est ma foi
Envers tout ce que je crois
Que je ne vis plus que pour toi.

Work in progress : le mariage trilingue d’Emilie et Neil

mariage trilingue cérémonie laïqueEmilie et Neil c’est un concentré d’Europe à eux deux : elle est franco-allemande, il est anglais et tous deux vivent à Bruxelles ! Pas mal n’est-ce pas ? 🙂

Alors forcément, lorsqu’on a commencé à penser leur cérémonie, la question des langues a été primordiale. Parmi les proches des mariés, il en est qui ne parlent que leur langue maternelle, et il n’est pas envisageable que ces personnes se sentent exclues pendant la cérémonie. Est-ce que cela veut dire tout traduire ? Non, bien sûr, on risquerait de construire une cérémonie bien trop longue et peu fluide dans son déroulé.

Alors on cherche des solutions ! Notre premier rendez-vous a vu fuser les idées : des plus pratico-pratiques aux plus créatives ! Je ne vous dévoilerai pas toutes les options, d’abord parce que toutes ne sont pas validées, ensuite parce que certaines sont très personnelles, mais voici quelques trucs et astuces pour faire la place à toutes les langues !

D’abord, pensez à la musique et aux chansons. C’est sûrement le moyen le plus simple de faire entendre toutes les langues 😉 Nous aurons la chance d’être accompagnés par une chorale et quelques musiciens pour la cérémonie d’Emilie et Neil, les mariés sont donc en train de piocher dans leur répertoire musical trilingue afin de donner leurs instructions au « band » !

Une des options que nous avons aussi envisagée est de faire prendre la parole à des trios trilingues en variant les modes d’intervention. Par exemple, un des trios peut lire un texte en alternant les langues en fonction des passages. Le but est bien de ne pas traduire mais au contraire de faire sentir la fluidité entre les langues qui s’enchainent dans la lecture. Alors, oui évidemment, tout le monde ne saisira pas l’intégralité du contenu, mais chacun en aura capté un instant. Cette option a de plus l’intérêt d’être facile à mettre en place, il suffit d’envoyer à chacun le passage qui lui a été attribué.

Pourquoi ne pas demander, aussi, à un trio de traduire les discours ou lectures sur des pancartes. Par exemple, la personne qui s’exprimera en allemand, présentera des pancartes pour traduire en allemand ce que diront ses compères en français et en anglais. Ceux-là feront de même avec leur propre langue. On alternera alors les passages entendus et lus sur les pancartes 🙂 Cela nécessite un peu de créativité et de coordination entre les membres du trio mais l’effet peut vraiment être drôle et décalé !

Je vous en dirai plus une fois que nous aurons validé tous les choix, promis ! Je dois avouer que j’étais un peu intriguée par le triple challenge des trois langues dans un temps imparti avec de nombreux intervenants, les choses se présentent bien ! D’abord parce que les mariés sont très investis et ensuite parce qu’au fond, je suis une fille de défis ! Affaire à suivre 🙂

C’est quoi le couple ?

Au cours de mes recherches sur l’histoire du couple et du mariage, je suis tombée sur cette émission de La première que je vous invite à découvrir. C’est un format court (25 min) et c’est vraiment intéressant !

Au-delà de Woodkid en BO – premier bon point ! – j’ai écouté avec attention l’invité du jour : Jean-Claude Bologne, un chercheur spécialisé dans l’histoire du couple (et par extension du mariage, du célibat et des mœurs en général).

Histoire du couple mariage

Bologne se refuse à donner une définition unique du couple au-delà du fait que c’est une entité qui réunit deux personnes. Les couples ne vivent pas forcément ensemble, et ne sont pas forcément sexualisés. Il évoque, par exemple, les couples d’amis ; les couples de patineurs également. Concernant le couple amoureux, il rejoint Jean-Claude Kaufman (autre spécialiste du sujet) pour esquisser une idée du moment où l’on peut se définir en couple : celui où on lave son linge ensemble. Et oui, c’est une des étapes où on fait entrer l’autre dans son intimité 🙂

Je vous laisse écouter l’intégralité de l’émission, mais j’ai bien aimé le positionnement de Bologne car il sépare le couple du mariage et prend le sujet à revers. Il explique que les formes de couple hors mariage, comme le concubinage ou l’amour courtois par exemple, ont longtemps été considérées comme des exceptions par rapport au mariage, érigé en valeur étalon. Mais le couple est multiple dans ses acceptions. Si le mariage a longtemps été considéré comme la norme ou la finalité du couple, Bologne signale qu’il est seulement une forme du couple, pas l’inverse !

Tout ça m’a donné envie d’en savoir plus sur le sujet, je vais donc très prochainement me plonger dans le livre dont Jean-Claude Bologne parlait pendant l’émission : Histoire du couple chez Perrin. Revue de littérature à suivre !

Rédiger son discours de témoin

Que dit un témoin dans une cérémonie laïque ?

discours de témoin
Photo by Clarke Sanders

Etre témoin, c’est un peu comme être le compagnon d’entraînement d’un marathonien. Au final, on ne courra pas le marathon mais on aura assisté et suivi chacune des séances d’entraînement en veillant toujours au soutien de son/sa champion.ne. On suivra le parcours le jour J pour s’assurer que tout va bien et donner un coup de pouce si besoin.

Et pendant la cérémonie ?

Si les mariés choisissent de célébrer une cérémonie laïque, on est souvent mis à contribution pour intervenir. Arrive alors la question du discours de témoin. Que dire, que dire ?

discours de témoin
Le discours de témoin pendant la cérémonie n’est pas du même acabit que celui prononcé pendant la soirée. Plus formel, sans être dénué d’humour et de blagues, ce discours vise à présenter la personne dont on est témoin et la place particulière qu’elle occupe dans notre vie et notre cœur. Parfois les mariés vous proposent un thème autour duquel broder, parfois ils demandent seulement un discours.

Petit guide du discours de témoin : 

Dans tous les cas, prenez le temps de rassembler vos idées. Voici quelques questions que vous pouvez vous poser pour trouver et organiser vos idées :

discours de témoin
Photo by Hope house press
  • Quel est mon meilleur souvenir avec elle/lui ?
  • Qu’ai-je ressenti quand elle/il m’a demandé d’être son témoin ?
  • Comment partager l’émotion, la joie, l’honneur que j’ai de tenir ce rôle de témoin et d’intervenir pendant la cérémonie ?
  • Quelles étaient mes premières impressions quand elle/il m’a présenté l’élu.e ?
  • Si un thème m’a été donné, pourquoi m’a-t-on confié ce sujet ? Réfléchissez-y puis n’hésitez pas à poser la question aux mariés pour confirmer votre intuition.
  • Quelle place cette personne occupe-t-elle dans ma vie ?
  • Que puis-je lui souhaiter particulièrement et leur souhaiter à tous les deux ?
  • Quelle forme donner à mon intervention ? Solennelle, émouvante, souriante, musicale, dansée, jonglée, chantée, etc. ?
  • Quel est le message général que je veux faire passer ?
  • Aurais-je quelques conseils à donner à la personne dont je suis témoin ou peut-être à celle/celui qui va l’épouser 😉 ?

J’espère que ces quelques pistes vous aideront à préparer et construire votre discours. Si souhaitez ajouter un ou deux conseils, n’hésitez pas à les laisser en commentaire !

Le rituel du sable

Le classique pour une cérémonie laïque !

Des rituels de cérémonie laïque, il y a en plein. A chaque couple de trouver le sien !

Rituel du sable cérémonie laïque

La symbolique

Assez prisé des mariés, le rituel du sable porte une symbolique intéressante. Les mariés expriment la place que chacun accorde au couple et à l’autre dans le couple. Par le mariage, on fusionne ; à deux on crée une troisième entité qui est ce couple reconnu devant la loi et devant ses proches, mais on reste également soi-même en gardant son individualité. Ce sont bien ces deux individus distincts qui forment le couple et lui donnent son identité

Comment ça se passe ?

Chaque marié aura choisi un sable d’une couleur différente, si l’assemblée est nombreuse, je vous conseille de choisir des couleurs bien tranchées pour que chacun puisse voir et saisir la symbolique.

Chacun des sables aura été préparé dans un vase ou un récipient transparent. Un troisième récipient (vase, saladier, bocal transparent, etc.) aura été préparé également.

Au moment du rituel, les mariés verseront ensemble leur sable dans le troisième récipient. En se mélangeant, les deux sables vont produire une nouvelle couleur, pourtant aucun des deux sables n’aura perdu sa couleur initiale. Ce sont bien les caractéristiques de chacun qui donne la spécificité du sable contenu dans le troisième récipient.

Comment faire intervenir vos proches ?

Même si le rituel du sable est très centré sur le couple et son identité, vous pouvez choisir de faire intervenir certains de vos proches lors de ce rituel. Demandez, par exemple, à vos témoins de se tenir auprès de vous pendant le rituel. Ou confiez la mission d’apporter les récipients contenant les deux sables aux enfants d’honneur ou à quelqu’un parmi vos proches.

Il est également possible d’intégrer vos proches en demandant à l’un d’entre eux d’expliquer la raison et la symbolique de ce rituel avant que vous vous y consacriez.

Les grandes étapes de la cérémonie laïque

Etapes cérémonie-cropée

Il n’y a pas de forme standard pour une cérémonie laïque, on n’est limité par aucune contrainte, je le répète à l’envie 🙂 Néanmoins, on peut identifier des moments phares que vous pouvez décider d’intégrer, de détourner ou de contourner lors de votre cérémonie. En voici 6 :

L’installation des invités

Et oui, ça paraît évident mais quand on réunit 30, 50, 100, 200 personnes dans un lieu pour assister à une célébration, il faut gérer ce petit monde. Vous, les mariés, vous serez occupés à ce moment-là : en train de faire des photos ou de de donner la dernière touche à vos tenues. Vous pouvez donc confier cette mission à vos témoins et/ou à votre officiant.
Ils s’assureront que les parents sont au premier rang – les mamans y tiennent 😉 et que les personnes qui vont intervenir sont installées en bout de rang pour se déplacer facilement jusqu’à l’espace où se déroulera la cérémonie.

L’entrée des mariés

Entrée mariés cérémonie laïqueVéritable point de départ de la cérémonie, l’entrée des mariés est un des moments les plus émouvants de la cérémonie. Reste la question du comment ! C’est un des premiers points que j’aborde avec les mariés que j’accompagne : cela permet de se projeter dans ce moment.

Arriverez-vous tous les deux ? Souhaitez-vous arriver chacun au bras d’un de vos parents ? de vos deux parents ? Voulez-vous confier la tâche de vous conduire à l’espace de la cérémonie à un autre de vos proches ou avez-vous envie d’arriver seul.e ? Préférez-vous une entrée fun sur une danse avec vos témoins ?

Je vous invite aussi à réfléchir à la musique d’entrée. Elle dépendra évidemment du choix du type d’entrée 🙂 Tous ces éléments d’introduction donneront ensuite le ton de votre cérémonie laïque !

L’accueil

Aujourd’hui encore organiser une cérémonie laïque est assez original, nombreux sont vos invités qui assisteront pour la première fois à ce type de célébration. C’est pourquoi, l’accueil est très important, à la fois pour expliquer le choix de cette forme de cérémonie et pour ouvrir le moment de la célébration.

Je conseille aux mariés de prendre eux-mêmes la parole à ce moment, même s’ils ont fait appel à un officiant (professionnel ou parmi leurs proches). Il me semble même que c’est d’autant plus important quand un officiant anime la cérémonie, vous pourrez en effet le présenter et expliquer pourquoi vous lui avez fait confiance.

Lire la suite Les grandes étapes de la cérémonie laïque

Pudeur et sobriété

letter-447577_1920Discrète et réservée, Fatou a longtemps cherché ses mots au moment de rédiger ses vœux. Pour s’aider, elle est partie d’une formulation classique. C’est à partir de ce cadre qu’elle a pu partager l’intensité de son émotion avec Adel.

Moi, Fatou, je te prends toi, Adel, pour époux.
Je promets de t’aimer tous les jours de ma vie.
Je m’engage avec toi devant cette assemblée réunie.
Je serai à tes côtés dans la joie et dans la douleur, dans la santé comme dans la maladie.
Avec toi, je ferai de notre maison un foyer.
Je serai fière de devenir la mère de tes enfants.
Je deviens ta femme, tu deviens mon mari.
Cette alliance en témoigne, cette alliance nous unit.
Accepte-la en gage de mon amour et de mon admiration pour toi.

 

NB : sauf mention contraire, tous les modèles de la catégorie « Vœux et discours » sont le fruit de mon imagination. Comme on dit dans les films, « toute ressemblance avec des personnes réelles …. » :)

Help, on remplace le maire !

Discours mariage

Chiches ? Voilà ce que le maire a dit aux témoins de M. et K. « Chiches, vous me remplacez lors du mariage de vos amis ».

Peu après, j’ai reçu un SMS de L., une des témoins du marié : « j’ai besoin de ton aide car je vais faire le maire dans quelques mois ». J’avoue, j’étais un peu perplexe sur la mission. Les mariés lui avaient demandé d’être officiante ?

Et bien non ! Les mariés ne sont même pas au courant ! C’est pour ça qu’aujourd’hui je ne vous dévoilerai aucun nom 🙂 Bien sûr, le maire assure la partie légale obligatoire mais les témoins se chargent du discours d’introduction et des intermèdes.

Je ne sais pas vous, mais personnellement je trouve l’idée super ! Imaginez les mariés quand ils constateront que leurs témoins ne s’installent pas derrière eux mais aux côtés du maire pour le discours inaugural. Surprise, rire, larmes, je parie que ces émotions seront toutes au rendez-vous avant même que les témoins commencent à parler.

Nous avons commencé à travailler sur cette intervention un peu particulière avec L. et E. la semaine dernière. Amies de toujours, elles les ont vus se rencontrer, ont suivi tous les rebondissements de leur histoire d’amour et il y en a eu, je vous assure !

Cela a d’ailleurs été une de nos grandes questions : quelles anecdotes peuvent être racontées pendant la cérémonie à la mairie ? Certes, les filles souhaitent créer une ambiance détendue mais le moment reste solennel. Le passage à la mairie est le premier symbole légal de l’union des mariés, c’est une étape importante pour eux. On garde donc les événements souriants, les souvenirs dont même la famille rit mais on garde pour soi (ou pour la soirée du mariage) les dossiers plus honteux.

La deuxième grande question est justement celle de la solennité. Quand on est amis depuis 25 ou 30 ans, à l’échelle d’une vie de trentenaire c’est énorme. Quand on est amis dans une bande d’amis, on s’est beaucoup confiés, on a beaucoup refait le monde et on a aussi énormément ri. C’est d’ailleurs la première chose qui a été évoquée par les témoins : on rit, on se fait des blagues, mais comment va-t-on faire pour dire des choses sérieuses et donner à notre discours la force et l’émotion essentielles à ce moment ?

Après les avoir écoutées, appris à faire connaissance avec les mariés et avec leurs bandes d’amis, j’ai pu les rassurer : tous les ingrédients pour construire un discours émouvant et drôle sont présents. A nous de les organiser ensemble, de faire le tri dans la foule de choses à dire et de construire les discours parfait ! J’espère avoir rassuré et guidé L. et E., j’attends maintenant leur prose pour une première relecture. Ensuite, une fois que nous aurons ciselé le discours, on pourra commencer les répétitions 🙂

A suivre !